Ce site utilise des cookies uniquement lorsque vous laissez des commentaires.

Association franco-allemande ~ Bochum-Ruhr

Mont Saint Michel. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a2/Mont_Saint-Michel_Msm16.jpg/1280px-Mont_Saint-Michel_Msm16.jpg

Navette entre la Normandie et la Bretagne

Dimanche, il y avait un marché aux puces – Brocante – à Avranches. Nous n’y sommes pas allés à cause du temps – ce n’était pas très engageant – et parce que nous ne voulions pas soumettre nos chiens à ce fourmillement de jambes.

Au lieu de cela, nous sommes retournés sur la côte, cette fois-ci un peu plus loin que les Courtils, à Saint-Jean-le-Thomas, une large baie avec une plage d’un côté et des rochers de l’autre. Les chiens sont censés être tenus en laisse, mais presque tous les propriétaires de chiens laissent leurs chiens courir librement – à part 3-4 personnes, personne ne voulait aller dans l’eau ou rester sur la plage, il faisait trop froid. (Photo : E. Haase)

Nos chiens ont apprécié, surtout Yoko, qui adore l’eau (Muck ne fait que boire, puis il aime se tenir debout jusqu’au ventre dans l’eau). Les règles concernant l’obligation de tenir les chiens en laisse ou l’autorisation de les laisser sur la plage sont réglementées par chaque municipalité, ce qui implique de lire attentivement tous les panneaux à chaque fois pour savoir ce qui est autorisé.

Lundi, nous avons fait un voyage à Dinan – et nous sommes ravis ! Une belle ville avec de nombreuses vieilles maisons à colombages, un château, des murs de forteresse, des remparts de 2,7 km de long et, malgré les nombreux touristes, une ville où l’on aimerait vivre. Nous nous promenons dans la zone piétonne relativement courte, avec de nombreuses petites boutiques, et bien sûr beaucoup de souvenirs, par exemple du caramel au beurre salé, des galettes, du far breton, des tasses bretonnes et des Bols (un bol spécialement pour le café au lait du matin), etc.

Il bruine de temps en temps, mais cela ne nous dérange guère, c’est juste amusant de se promener dans les rues de cette ville. (Photo : E. Haase)

Nous descendons une rue plus petite – nous ne savions pas que Dinan est sur une colline… nous ne nous en rendons compte que plus tard, lorsque nous arrivons au port après avoir marché prudemment sur les pavés rugueux, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de pavés, mais de pierres au moins deux fois plus grosses, réparties irrégulièrement dans la rue en pente. (Photo : E. Haase)

À chaque virage, nous espérons être en bas – où que ce soit – mais ça continue et nous espérons être en bas – où que ce soit – mais ça continue et ça continue et ça continue. Enfin, enfin, nous avons passé la rue du Jerzual et nous sommes au port de Dinan, sur la Rance. (Photo : E. Haase)

Beaucoup de voiliers, dont de nombreux gros bateaux, des cafés et des restaurants sur le bord de la route, une atmosphère agréable. (Photo : E. Haase)

Nous n’avons pas trop envie de remonter la même route, car il faut faire attention à ne pas trébucher. Quelques mètres plus loin, à côté du viaduc, nous trouvons un sentier en serpentin qui monte la pente, également difficile, mais plus facile à gérer que la rue du Jerzual – certes belle – avec ses nombreuses petites boutiques d’artisanat. –

Puis la pluie devient plus forte et nous prenons le chemin du retour. Avec un détour par Combourg. Une petite ville avec un grand château. Intéressant. J’ai lu plus tard que le père de Chateaubriand, le comte René Auguste de Chateaubriand, avait acheté ce château en 1761. Le poète lui-même n’a pas gardé un bon souvenir de son séjour à Combourg, notamment le fantôme d’un chat noir qui l’effrayait (https://www.bretagne35.com/partez-a-la-decouverte-de-lille-et-vilaine/culture-et-patrimoine/le-chateau-de-combourg/).

Il pleut et il pleut et il pleut. On reste dans l’appartement et on lit. Le soir, nous allons de nouveau à Avranches au restaurant Chez Wiwi ; sur la courte marche qui nous ramène ensuite à la voiture, nous sommes tous les quatre trempés.

Le mardi est le jour des courses ; bien sûr, nous achetons quelque chose pour le soir chez le traiteur. Nous jetons un coup d’œil à quelques rues que nous ne connaissons pas encore. Et soudain, nous sommes à l’ancienne forteresse. Avec un beau petit jardin dans le style du Moyen Âge.

Un musée moderne a été aménagé dans l’ancien complexe château/défense de la place d’Estouteville. On y conserve et on y expose en partie des manuscrits et des gravures anciennes qui ont été donnés à la ville d’Avranches par l’abbaye du Mont-Saint-Michel en vertu d’un décret de l’administration révolutionnaire de 1791 et qui, unis à d’autres manuscrits déjà présents et apportés ici par d’autres églises environnantes à cette époque, ont formé l’une des plus importantes bibliothèques de manuscrits de France ». (https://de.wikipedia.org/wiki/Avranches) Pendant la deuxième guerre mondiale, la ville a été fortement bombardée. Ce n’est que le 31.7.1944 que la percée d’Avranches réussit (en fait l’opération Cobra ; « Dans certains endroits, l’événement est également appelé la percée d’Avranches, bien que la percée ait en fait eu lieu à Saint-Lô https://de.wikipedia.org/wiki/Operation_Cobra).

Photo: E. Haase

Nous allons à St. Quentin-sur-le-Homme, il est censé y avoir un restaurant là-bas. Voyons voir quel genre d’impression ça donne. Il a l’air bien et le menu aussi. Avant de décider où manger pour notre dernière soirée à Juilley, nous nous rendons à Ducey. Il est censé y avoir trois ou quatre restaurants là-bas. Il y en a, mais ils ressemblent plus à des snack-bars ou à des friteries. Donc Ducey est annulé. Mais c’était le marché, les derniers étals sont vidés, à l’exception de deux charrettes, l’une avec des « fish and chips » – plutôt inhabituels, l’autre avec des crêpes et des galettes. Nous nous décidons pour une galette au fromage. Les galettes bretonnes sont fabriquées avec de la farine de sarrasin et sont généralement consommées salées avec du fromage, du jambon, des saucisses, etc. Notre galette est délicieuse ! Notre galette est délicieuse !

Mercredi, s’il ne pleut pas le matin, nous voulons aller à Dinan à nouveau, simplement parce que nous l’avons tellement aimé. Nous avons de la chance, il ne pleut pas et Dinan est encore plus beau que la première fois. Et tellement imprégné d’histoire. Je dois avouer que je connais très peu l’histoire de la Bretagne ou de la Normandie ; le nom de la Duchesse Anne – la Duchesse Anne de Bretagne – m’était familier, je l’ai vue ici à plusieurs reprises. Je me souviens de la chanson « C’était Anne de Bretagne, duchesse en sabots » et j’ai lu ce qu’elle représentait (Cette belle image de noble paysanne, fière de sa terre et de sa culture, n’est pourtant qu’une légende. En réalité, par ses deux mariages successifs avec les rois de France Charles VIII et Louis XII, Anne amena bien le rattachement de la Bretagne à la couronne. https://www.lhistoire.fr/c%C3%A9tait-anne-de-bretagne-duchesse-en-sabots). Elle n’était pas seulement duchesse de Bretagne, mais aussi reine de France, de Sicile et de Jérusalem par mariage. Elle a reçu une éducation en latin, grec, français, breton et hébreu – tout le respect ! Et elle a eu une vie assez mouvementée, je pense. Il est intéressant de lire, par exemple, sur https://meinfrankreich.com/anne-de-bretagne/.

Et Dinan, une des villes les plus photographiées de France, 3 km de remparts, de nombreuses maisons à colombages, fut la ville où Anne de Bretagne se retira après la mort de son mari, le roi Charles VIII. (De belles photos, par exemple : https://www.bretagne-reisen.de/reiseziele/die-10-reiseziele/cap-frehel-saint-malo-bucht-des-mont-saint-michel/dinan/) Dinan mérite une visite, de préférence sans pluie, bien sûr. Avant de partir, nous achetons quelques pâtisseries bretonnes, de la crème caramel au beurre salé et 2 artichauts épais, et ils nous préparent gentiment une vinaigrette car nous, pauvres touristes, n’avons rien à la maison.

Nous rentrons à la maison ; une fois de plus, je remarque qu’il y a beaucoup de panneaux indiquant Dol de Bretagne. Hm, jamais entendu parler de ça, alors je me renseigne : Dol était « l’ancienne capitale de la Bretagne ». Fondée au milieu du IXe siècle par saint Samson (en breton : Sant Samzun a Zol), l’un des sept évêchés fondateurs de la Bretagne, elle a été le siège d’un archevêché jusqu’à la Révolution française et, par conséquent, la destination du Tro-Breizh, l’un des plus importants pèlerinages médiévaux, jusqu’au XVIe siècle. (…) La famille FitzAlan (fils d’Alain), originaire de Dol, a émigré en Angleterre au début du XIIe siècle, où elle a reçu le titre de comte d’Arundel par héritage en 1291, puis en Écosse, où elle a acquis la fonction héréditaire de Lord High Steward dès avant 1150 et est montée sur le trône royal écossais à partir de 1371 sous le nom de Maison des Stuart ; en 1603, les Stuart sont également devenus rois d’Angleterre et d’Irlande ; ils ont régné sur la Grande-Bretagne avec une interruption jusqu’en 1714.  » https://de.wikipedia.org/wiki/Dol-de-Bretagne Et cette page Wikipedia montre aussi le Menhir du Champ Dolent, un menhir qu’Obélix n’aurait eu aucun problème à soulever… – Encore une leçon apprise.

Le soir, nous mangeons nos artichauts avec grand plaisir, accompagnés d’un verre (ou deux ou trois) de vin de la boîte de 5 litres.er 5-Liter-Box.

Notre dernier jour à Juilley – nous voulons visiter le musée de Bayeux sur le chemin du retour. Nous nous promenons avec Yoko et Muck, mangeons les derniers morceaux de fromage au petit-déjeuner, descendons les lits, rangeons, emballons. Et décider de visiter un ou deux endroits proches que nous ne connaissons pas.

Nous nous rendons à Fougères, à environ 40 km au sud de notre gîte. Et nous sommes ravis ! Pas immédiatement à l’arrivée, car il pleut très fort. Nous attendons autour d’un café crème qu’il soit à nouveau sec. Le village est sur une colline, nous voyons une rangée de vieilles maisons, assez jolies, mais pas très impressionnantes. Mais un Jardin public nous plaît beaucoup. D’ailleurs, il y a beaucoup de fougères différentes plantées au même endroit – la fougère = the fern. (Photo : E. Haase)

Nous avons une bonne vue sur la vallée et : le complexe du château sur la colline opposée. Un château géant ! Nous traversons le magnifique jardin jusqu’à la plaine, puis nous arrivons dans une sorte de village autour du complexe du château. Fougères appartient au département d’Ille-et-Villaine, l’un des quatre départements bretons, et était une forteresse frontalière avec la France. (Photo : E. Haase

Dernier rangement et ensuite nous voulons terminer notre séjour avec un bon dîner. Nous nous rendons à Saint-Quentin-sur-le-Homme, à environ 10 km, où nous mangeons au restaurant Le Gué du Holme – cadre noble, service très agréable et attentionné et excellente cuisine – une bonne fin de vacances. (Photo : E. Haase)

Le lendemain, Marion range très habilement nos bagages, qui ont miraculeusement augmenté. Dernier entretien avec M. Maillet et puis nous partons – d’abord à la prochaine étape : Bayeux, environ 100 km, nous voulons voir surtout la tapisserie de 70 m de long et 50 cm de haut : la représentation de la conquête de l’Angleterre par le normand Guillaume le Conquérant, terminée par la bataille d’Hastings en 1066. Un audioguide individuel explique chacune des scènes individuelles. Très, très impressionnant !

Nous jetons un coup d’œil à la cathédrale – un chef-d’œuvre de l’architecture romane et gothique. Et marcher un peu dans la ville.
Nous aimons Bayeux. Et un parking sans ticket : le numéro de la plaque d’immatriculation est enregistré électroniquement, le montant indiqué est payé en espèces ou par carte bancaire/crédit en saisissant le numéro de la plaque d’immatriculation. Très rapide, très simple…

Photo: E. Haase

Nous passons la nuit à Rouen, nous avons un hôtel non loin de la vieille ville avec un garage fermant à clé – on nous avertit de ne rien laisser dans la voiture si nous la garons dans la rue. Et puis nous entrons dans le centre et sommes complètement ravis : bien que Rouen ait également été bombardée pendant la 2ème guerre mondiale, 2000 maisons médiévales à colombages ont été préservées. La vieille ville est tout simplement magnifique, c’est une soirée douce, les tables des bars et restaurants à l’extérieur sont pleines, une ambiance lumineuse merveilleuse, seule la serveuse porte un masque… La vie est belle !

Photo: E. Haase

Avant de partir, nous emmenons nos chiens faire une petite promenade le long du quai de la Seine. De grands panneaux avec des informations sur Rouen, à un moment donné un panneau plus petit avec une réplique d’une peinture de Camille Pissarro « Sur la Seine à Rouen ».

Photo: E. Haase

Pour le samedi, nous avions prévu de visiter Mons et Le Grand Hornu, en Belgique. Nous abandonnons – il pleut, il pleut à verse sans s’arrêter. Nous nous rendons à notre hébergement à Corroy-le-Château, au « Au trou perdu » nous avons réservé une chambre d’hôte. Nous sommes déjà attendus, nos bagages sont portés jusqu’au 1er étage, où nous passons la nuit. Pas seulement un B & B, non, un appartement – une grande chambre avec un très grand lit double et une télévision, une pièce avec un canapé et un fauteuil et une deuxième télévision et une grande salle de bains. Des serviettes de toilette et de douche à profusion, du shampoing, du savon, des bonnets de douche, etc.

Nos hôtes proposent de s’occuper de nos chiens si nous ne pouvons pas les emmener au restaurant. Restaurant – pas si facile, il n’y en a pas dans la petite ville de Corroy-le-Château, nous téléphonons à plusieurs – samedi soir, tout est réservé. Nous réussissons enfin à réserver une table au restaurant chinois Dynasty à Gembloux. En fait, les chiens ne sont pas acceptés, mais si on ne les voit pas et s’ils n’aboient pas, on peut les amener. Un restaurant agréable, non comparable aux autres restaurants chinois. Et une nourriture excellente !

Photo: E. Haase

Nous les remercions pour ce séjour d’une beauté inattendue et prenons le chemin du retour. En raison du temps pluvieux, pas de visite à Namur, par exemple la citadelle, une des plus grandes fortifications du monde.

Et qu’est-ce que j’ai oublié de mentionner : nous avons traversé un grand nombre de villages bien entretenus qui témoignent d’une certaine prospérité ; nous avons vu des murs de cimetières décorés de bacs à fleurs ; nous avons été agacés parce que Marion ne pouvait pas charger sa voiture e-hybride : la fiche n’entrait dans aucune des trois prises différentes ; nous avons goûté une fois à un riz au lait, qui – sous différentes variantes – est évidemment l’un des desserts traditionnels ; nous avons regretté de ne pas avoir pu emporter de poisson frais, de crabes ou de moules ; nous avons mangé des côtes d’agneau, malheureusement pas de l’agneau pré-salé, mais nous avons vu les agneaux, le Mont St. Nous avons vu les panneaux indiquant les nombreux cimetières militaires, mais nous n’en avons visité aucun ; M. M. nous a donné un gros sac de noix de son noyer – il ne supporte pas ces noix ; et il continue à construire son manoir : il y aura un autre logement de vacances pour 8 personnes maximum à un moment donné, pour le moment il y a toujours une BMW de 10 ans sous une bâche, qu’il utilise seulement pour les voyages importants .

Et maintenant il ne me vient plus rien à l’esprit !

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
image_pdfimage_print

Réalisation de la page d'accueil fut subventionnée par le Fonds Citoyen Franco-Allemand: www.buergerfonds.eu

Cotisations
  • Adhésion individuelle

    € 24,-

  • Adhésion famille

    € 32,-

  • Élèves et étudiants (tarif réduit)

    € 10,-

Les frais d'adhésion et les dons à l'association sont déductibles d'impôts.

Si vous habitez dans la région de Bochum ou si vous voulez y séjourner, si vous désirez vous adresser à des citoyens français ou francophiles, nous vous invitons à nous contacter.

Association franco-allemande Bochum-Ruhr e.V.
Conseil d'administration:
Contacts
  • Postfach

    70 03 05, 44883 Bochum

  • répondeur téléphonique:

    0234 - 68 72 96 47

  • téléphone:

    0234 - 28 09 36

  • coordonnées bancaires:

    Sparkasse Bochum IBAN DE12 4305 0001 0001 3810 60; SWIFT-BIC: WELADE D1BOC; Numéro de compte: 1381060 Code de banque: 43050001

Nach oben